Reine Rouge

La narratrice sait, au moment de leur rencontre que Vittolio, peintre et galeriste italien… âgé de 62 ans – alors qu’elle en a 20 de moins – porte la version exacte de l’amour qu’elle veut, qu’elle cherche et qu’elle va vivre éperdument avec lui…

Une histoire d’amour écrite comme un récit….

Valet de carreau - marie pierre molinier

Valet de Carreau

« Après un roi, un valet,

On ne peut pas toujours être dans les hauteurs »

LA ROBE

(Théorie des 8 Reines, Tome 3)

La narratrice poursuit son fantôme d’Amour. Et part ailleurs. Ailleurs, loin, très loin, la chose reste peut-être possible : rattraper son destin, regagner le terrain perdu, reconquérir l’alliance. Et l’Afrique c’est loin ; c’est l’ailleurs : c’est là où en réalité l’humanité se trouve, ne serait-ce que par le nombre.

La Bouteille Bleue au Soleil

(OPUS 4 de sa Théorie des 8 Reines)

Est disponible en version numérique (E BOOK) au prix de lancement de 4,99 €  (jusqu’au 31 décembre 2017)

EXCLUSIVEMENT SUR SON SITE

www.mariepierremolinier.fr

Marie-Pierre Molinier

Titulaire d’un Doctorat en Sciences Politiques, Diplômée de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), je possède également un Diplôme d’Etudes Approfondies (DEA) en Lettres Modernes.

J’ai passé l’essentiel de ma carrière professionnelle au service des collectivités locales, au contact des administrations et des entreprises, de leurs dirigeants, de leurs employés, et je pense en connaître les pratiques, les codes, les modes de fonctionnement, les rouages.

En 2013, j’ai décidé de changer de route et de tenter l’aventure de l’écriture.

ÉCRIVAIN PUBLIC

BIOGRAPHE PRIVÉ

MPM ÉDITIONS

NOUVEAU SUR VOTRE KINDLE

À lire – La nouvelle LE CADEAU

Le chien des BaskedVils, les nouveaux du quartier, s’était tu enfin, comme il arrivait toujours au bout de la nuit, vaincu par son épuisement. Khala l’avait entendu par intermittences dans son rêve et dormait sur son lit, qu’il partageait avec sa jeune maîtresse, une Blandine de plus en plus matinale, qui lui avait encore cédé toute sa place en se levant.

C’était une bonne patronne, une qui lui parlait toujours comme on parle à un bébé, car elle avait lu dans un magazine que les chats comprennent mieux ainsi la parole des humains. Mon titi, il est bien là, hein, mon titi, il est content là, hein mon titi, il est bien là, hein mon bonhomme ?…

Elle avait le bon goût de prendre plaisir à son sommeil, de prendre plaisir à son plaisir d’abandon.

Contactez-moi

Je vous répondrai dans les meilleurs délais